Gagnez « Bill » A la Tombola Clinton

Hillary candidate à la candidature démocrate

Hillary candidate à la candidature démocrate

 

La campagne d’Hillary à la candidature démocrate s’est soldée par un fiasco financier impressionnant. Il y en a quand même pour presque $ 6 millions et une réévaluation générale sera publiée le 15 avril. Aucune chance de voir ce montant diminuer. La panique gagne le camp Clinton qui essaie de lever des fonds chez les démocrates et promet en échange des prix. Et un super gros lot:  Bill  en personne.

Vous êtes américaine, démocrate et vous préfériez Hillary comme candidate à la Présidence…Ouvrez votre boîte mail, ce week end. Vous êtes sûrement sur le fichier. Vous allez déguster. Un spam osé ravage le net. Sous prétexte d’aider à rembourser ses dettes de campagne, au minimum $ 6 millions, Hillary vous « offre » Bill son mari pour la journée. Lire la suite

Un Kennedy A La Maison Blanche

portuguesewaterdogjumpOui, mais c’est un chien! Ted Kennedy, qui fait venir d’un chenil du Texas, pour la troisième fois, un Portuguese Water Dog, a facilité les choses pour le futur déjà célèbre compagnon de Malia et Sasha. C’est un mâle de 6 mois, noir (comme photo), de la lignée de ceux  des Kennedy et il rejoint les Firsts ,à la Maison Blanche, mardi 14 avril. En raison des règles formelles qui régissent les cadeaux à la Présidence ce sont les Ted Kennedy qui offrent le chien mais la réalité est qu’il vient du chenil texan. On n’a pas fini d’en entendre parler et on en a un peu marre. Dès que les p’tites vont confier son nom à Robert Gibbs pour qu’il ne le dise pas à la presse, nous lâchons. Promis.                                                                       .

Washington Confidential 3

Les bras « nus » de Joe Biden06biden-pitch480

Pendant la tournée européenne des Obama, Joe Biden, s’est lâché. Nouvelle victime du syndrome « bras nus » de Michelle O. ? Samedi 4 avril, lors du match d’ouverture de la saison de base ball: Orioles de Baltimore contre Yankees de New York, il a réussi son pitch et montré ses avant-bras. Vivement le match retour qu’on aperçoive  ses épaules…

A la M.B., même les petits légumes sont des stars

Le 18 et le 19 avril, si vous ne savez pas quoi faire, levez vous tôt et courez prendre un ticket pour visiter gratuitement les jardins de la Maison Blanche. Mais n’oubliez pas vos jumelles. Le nouveau potager creusé avec l’aide de Michelle O. sera visible du trajet général. On ne le visitera pas: il faut laisser les 55 variétés de légumes, herbes et fruits retrouver le calme perdu depuis que la First a fait exploser le gazon de la Pelouse Sud pour installer son garde manger!

« Ne me faites pas honte devant tout le pays ! »

En ces termes,sur la chaîne de sport ESPN, Barack Obama avait prié les Tar Heels(Talons de goudron)de Caroline du Nord, finalistes du championnat universitaire de basket, de remporter la victoire contre les Spartans du Michigan. Et de faire mieux qu’en 2008 où ils l’avaient laissée échapper alors qu’ils étaient déjà ses favoris. Le Prez a visionné la cassette sur Air Force One en rentrant à Washington.

Tyler Hansbrough Tar Heels North Carolina ovationné le 6 avril

Tyler Hansbrough Tar Heels North Carolina ovationné le 6 avril

 

Pas de pitié pour Larry

 A Washington, où son retour à la M.B. est très mal vécu, la presse ne manque pas une occasion d’enfoncer Larry Summers, ancien Secrétaire d’Etat au Trésor de Bill Clinton et aujourd’hui Conseiller Spécial d’Obama pour les finances. Elle émaille ses éditions de sarcasmes chiffrés qui font mauvais genre au moment où le Prez parle moralité aux banquiers. Ainsi, pour entrer dans le  Hedge Fund  D.E Shaw ( qui gère $ 30 milliards), il avait dû passer les tests de maths comme un candidat lambda. Pour un ancien Président de Harvard,ancien Secrétaire d’Etat,c’est limite humiliant! Mais le revenu à la clé valait, pour Larry, l’examen: il a touché plus de $ 5millions.

 

Bob Dylan sur Barack 

On savait que Bob Dylan était un artiste de génie. Il en donne une démonstration dans le London Times. Dylan parle de Barack Obama comme peu de gens avant lui.  Il évoque d’abord son père, « Bantou, Maisai, héritage griot, issu d’une ethnie de voleurs de bétail, tueurs de lion. Il est si incongru que ces deux êtres (Note: la mère de Barack, qui se levait à 4 heures du matin pour enseigner au jeune garçon avant qu’il ne parte à l’école, lorsqu’ils habitaient l’Indonésie) se rencontrent et tombent amoureux. » Mais ensuite, Dylan parle de l’autobiographie d’Obama, Dreams of My Father. « Son style d’écriture vous frappe à plusieurs niveaux. Il vous fait penser et ressentir en même temps, ce qui est rare. Il dit des choses profondément provocantes. Dans un musée, il regarde dans un bocal une tête qui a été réduite et il se demande si les gens autour de lui se demandent s’ils regardent quelqu’un qui est peut-être leur ancêtre (…). En lisant ce livre, vous comprenez que (Barack) aurait pu faire ce qu’il voulait de sa vie. Vous comprenez que c’est la politique qui est venue à lui. Elle était là pour être conquise. » 


Le premier appel de la journée 

A 6 heures, chaque matin depuis 17 ans, la journée commence par une conversation au téléphone entre quatre des hommes les plus influents et les mieux connectés de la politique américaine. James Carville, consultant politique et ex-stratège de la campagne victorieuse de Bill Clinton, appelle Rahm Emanuel, le secrétaire général de la Maison Blanche. Emanuel appelle ensuite George Stephanopoulos, Chief Washington correspondent pour la chaîne ABC. Un peu plus tard _ il est moins matinal _ Paul Begala, lui aussi consultant politique et spécialiste des sondage, collaborateur de CNN, se joint à la conversation. Depuis 17 ans que dure ce rituel, il n’a jamais été interrompu.  Les quatre hommes parlent de tout. « Il n’y a peut-être que le sujet des pompes funèbres que nous n’avons pas abordé, » a confié récemment un de ces hommes. 

La guerre des fried chickens 

Va-t-on se battre pour Obama ? Deux restaurants new yorkais de poulet au barbecue, l’un à Harlem, l’autre à Brooklyn, se disputent le droit d’utiliser le nom du nouveau président. Comme d’autres, qui essaient de capitaliser sur la popularité de Barack Obama, les deux Obama Fried Chickens  revendiquent l’antériorité de l’idée. Les habitants deux quartiers n’ont pas du tout apprécié le changement de nom, estimant que c’était un manque de respect envers le président. Le quartier compte déjà un Obama Beauty Supply, boutique de produits de beauté, et une bière préparée à Brooklyn, baptisée Hop Obama. Aux dernières nouvelles, le propriétaire du fast food d’Harlem l’a rebaptisé Bam Fried Chicken. Celui de Brooklyn refuse de changer de nom. 

Les vacances de Monsieur Obama 

Même s’il n’est entré en fonction qu’il y a quelques mois, le nouveau président pense déjà aux vacances avec sa famille. La rumeur affirme que les Obama passeront leur été à Oak Bluffs, sur l’île de Martha’s Vineyard, un endroit idéal pour sa beauté, mais aussi pour la densité de gens de pouvoir au mètre carré (justement là où Nicolas Sarkozy aurait dû aller, l’été dernier, plutôt que dans le New Hampshire, un désert absolu). A suivre.

Michelle O. : Pas Chers Mes Légumes!

Le jour du Printemps, elle avait retourné une partie de la Pelouse Sud avec l’aide des élèves de la Bancroft Elementary School de Washington . Dès son retour d’Europe, en compagnie de Tom Vilsack, Secrétaire à l’Agriculture, elle a fait revenir les élèves pour montrer l’avancement du « chantier » et faire un point sur le budget consacré au potager.

Au potager le 9 avril Michelle avec les élèves qui avaient planté...

Au potager le 9 avril Michelle avec les élèves qui avaient planté...

…leurs pelles dans la Pelouse Sud fin mars. « C’est la question qu’on m’a le plus posée en Europe » leur a-t-elle confiée. Et en premier  le Prince Charles, futur héritier du Trône d’Angleterre. Il faut dire que, lui, Charles en a fait un business très juteux et pas forcément aussi désintéressé que la First l’a conçu. 

Après le couplet « santé », Michelle O. a voulu parler du coût de l’opération/potager à la M.B. Et à un enfant qui lui disait que ça devait coûter $ 100.000, elle a ri à la pensée de son mari entendant un tel chiffre. En fait, en tout,le budget de son investissement est de  $200… Puis Tom Vilsack, a fait son boulot  » Dites le dans votre école je vous soutiendrai ». Même Marie Antoinette, là-haut doit avoir la larme à l’oeil. On ne parle évidemment pas de José Bové!

Obama et les Maîtres-Chanteurs

 

C’est une partie de bras de fer qui se joue en ce moment entre la Maison Blanche et les Républicains au Congrès. La Maison Blanche a rendu public, le 2 avril, neuf mémorandums jusqu’ici secrets de George Bush justifiant l’extension des pouvoirs de l’exécutif pour combattre le terrorisme. Mais la publication de ces notes a ouvert un autre débat: faut-il nommer une commission d’enquête parlementaire sur l’utilisation de la violence et de la torture contre les « ennemis combattants », autorisée par George Bush et son équipe, mais aussi sur la surveillance des Américains par leur gouvernement ? 

La publication de ces documents, plus la découverte de la destruction par la CIA de 92 vidéos d’interrogatoires, a agi comme une décharge électrique chez les Démocrates. Le très puissant John Conyers, président de la commission judiciaire à la Chambre des Représentants, pousse pour l’ouverture d’une commission d’enquête qui pourrait forcer les anciens responsables de l’administration Bush à venir témoigner devant elle, avec le risque d’éventuelles poursuites judiciaires.  Mais aussi, selon les anciens de l’équipe Bush, le risque pour ceux qui seraient amenés à témoigner et à produire des documents incriminants, d’être poursuivis par des détenus devant des tribunaux étrangers. L’Espagne, par exemple, prépare des poursuites criminelles contre deux des auteurs de ces mémos donnant des justifications légales à la pratique du « waterboarding » (la noyade), entre autre, après la détention de cinq de ses ressortissants à Guantanamo. 

La pression pour ce que certains appellent déjà une « Commission sur la vérité de l’époque Bush« , un nom qui évoque les commissions de réconciliations après l’apartheid en Afrique du Sud, est très forte dans l’opinion publique. Selon un récent sondage USA Today/Gallup, plus de 62% des Américains souhaitent que toute la lumière soit faite sur la torture, les écoutes illégales et toutes les autres pratiques considérées par nombre d’éminents juristes comme des viols de la Constitution.  Patrick Leahy, qui préside la commission sur les questions de justice au Sénat, a fait savoir qu’il allait demander le vote d’une résolution sur le projet d’enquête ce mercredi. 

Le président Obama est embarrassé par cette affaire. D’un côté, il a fait de l’ouverture du gouvernement aux citoyens et de sa transparence un des axes fondamentaux de sa campagne et de sa présidence. Il a également demandé la fin de toutes les pratiques illégales initiés par son prédécesseur et la fermeture de Guantanamo. Mais en même temps, il a dit être « plus intéressé de regarder devant nous que derrière, » tout en ajoutant que personne n’était au dessus des lois. La torture entre, selon la Convention de Genève, dans la catégorie des « crimes contre l’humanité ».  

Pour contraindre Barack Obama à résister à la désignation d’un Special prosecutor ou bien d’une commission d’enquête, bien que, selon la Constitution, ce pouvoir appartienne au législatif, les Républicains se sont lancés dans une sorte de chantage. Ils ont fait savoir qu’ils refuseraient de voter pour la confirmation des membres importants du cabinet Obama qui attendent encore un vote sur leur sort. La balle est désormais dans le camp de Barack Obama.

Obama et Ses « Antisèches »

C’est plat, c’est muet, ça disparaît à la demande…c’est?  Un téléprompteur ou plutôt c’était l’un des deux téléprompteurs jumeaux de Barack Obama jusqu’au début du mois d’avril. Placés de chaque côté de la salle, au milieu des journalistes, dans l’objectif des caméras, ces écrans de télé  faisaient défiler ses antisèches (textes et remarques écrites à l’avance)  jusqu’à ce que la Green room et tout Washington ne s’émeuvent de leur présence invasive. Alors d’un coup de baguette magique, le Service de presse les a fait disparaître et renaître au fond de l’East Room sous forme d’un écran unique face au Prez et hors du champ des caméras.

prompter480

Harry Truman n’en voulait pas, Eisenhower en était moins que fan, mais tous les Présidents américains ont utilisé le Teleprompteur  contre les trous de mémoire et pour produire les termes exacts décidés à l’avance, face au Troisième Pouvoir qui scrute et analyse chaque mot jusqu’au cauchemar. Lire la suite

Tout Un Monde !

Le sondage CBS publié le 6 avril présente un chiffre spectaculaire alors que Barack Obama termine sa tournée européenne et fait une escale non annoncée en Irak pour rencontrer les dirigeants irakiens et ses troupes.

A Ankara Turquie le 6 avril

A Ankara Turquie le 6 avril

 

67 % des sondés américains déclarent penser qu’il est respecté dans le monde.

En juillet 2006, seuls 30% des Américains interrogés disaient que Bush l’était.