Archives de Catégorie: Divers

Obamascope devient: www.obamazoom.com

Depuis que nous avons lancé notre projet sur Obama, juste après l’inauguration de 44th, nous avons évolué, grandi, pris de l’assurance. Nous avons refaçonné notre site pour qu’il soit plus attractif, plus facile à consulter et directement installé sur Google, ce qui facilitera les recherches des visiteurs.

A cette occasion, nous avons modifié notre nom pour une raison simple : Obamascope était l’un des sites de la campagne présidentielle démocrate . WordPress nous avait laissés utiliser le nom.  Nous avons souhaité créer notre propre marque. Nous  sommes indépendants et nous le restons. 

Donc, suivez-nous sur http://www.obamazoom.com

Depuis lundi20 avril, nous émettons et nous vous attendons.

Jean Sébastien Stehli et Véronique Saint-Geours

Publicités

Un Kennedy A La Maison Blanche

portuguesewaterdogjumpOui, mais c’est un chien! Ted Kennedy, qui fait venir d’un chenil du Texas, pour la troisième fois, un Portuguese Water Dog, a facilité les choses pour le futur déjà célèbre compagnon de Malia et Sasha. C’est un mâle de 6 mois, noir (comme photo), de la lignée de ceux  des Kennedy et il rejoint les Firsts ,à la Maison Blanche, mardi 14 avril. En raison des règles formelles qui régissent les cadeaux à la Présidence ce sont les Ted Kennedy qui offrent le chien mais la réalité est qu’il vient du chenil texan. On n’a pas fini d’en entendre parler et on en a un peu marre. Dès que les p’tites vont confier son nom à Robert Gibbs pour qu’il ne le dise pas à la presse, nous lâchons. Promis.                                                                       .

Michelle O. : Pas Chers Mes Légumes!

Le jour du Printemps, elle avait retourné une partie de la Pelouse Sud avec l’aide des élèves de la Bancroft Elementary School de Washington . Dès son retour d’Europe, en compagnie de Tom Vilsack, Secrétaire à l’Agriculture, elle a fait revenir les élèves pour montrer l’avancement du « chantier » et faire un point sur le budget consacré au potager.

Au potager le 9 avril Michelle avec les élèves qui avaient planté...

Au potager le 9 avril Michelle avec les élèves qui avaient planté...

…leurs pelles dans la Pelouse Sud fin mars. « C’est la question qu’on m’a le plus posée en Europe » leur a-t-elle confiée. Et en premier  le Prince Charles, futur héritier du Trône d’Angleterre. Il faut dire que, lui, Charles en a fait un business très juteux et pas forcément aussi désintéressé que la First l’a conçu. 

Après le couplet « santé », Michelle O. a voulu parler du coût de l’opération/potager à la M.B. Et à un enfant qui lui disait que ça devait coûter $ 100.000, elle a ri à la pensée de son mari entendant un tel chiffre. En fait, en tout,le budget de son investissement est de  $200… Puis Tom Vilsack, a fait son boulot  » Dites le dans votre école je vous soutiendrai ». Même Marie Antoinette, là-haut doit avoir la larme à l’oeil. On ne parle évidemment pas de José Bové!

Obama et les Maîtres-Chanteurs

 

C’est une partie de bras de fer qui se joue en ce moment entre la Maison Blanche et les Républicains au Congrès. La Maison Blanche a rendu public, le 2 avril, neuf mémorandums jusqu’ici secrets de George Bush justifiant l’extension des pouvoirs de l’exécutif pour combattre le terrorisme. Mais la publication de ces notes a ouvert un autre débat: faut-il nommer une commission d’enquête parlementaire sur l’utilisation de la violence et de la torture contre les « ennemis combattants », autorisée par George Bush et son équipe, mais aussi sur la surveillance des Américains par leur gouvernement ? 

La publication de ces documents, plus la découverte de la destruction par la CIA de 92 vidéos d’interrogatoires, a agi comme une décharge électrique chez les Démocrates. Le très puissant John Conyers, président de la commission judiciaire à la Chambre des Représentants, pousse pour l’ouverture d’une commission d’enquête qui pourrait forcer les anciens responsables de l’administration Bush à venir témoigner devant elle, avec le risque d’éventuelles poursuites judiciaires.  Mais aussi, selon les anciens de l’équipe Bush, le risque pour ceux qui seraient amenés à témoigner et à produire des documents incriminants, d’être poursuivis par des détenus devant des tribunaux étrangers. L’Espagne, par exemple, prépare des poursuites criminelles contre deux des auteurs de ces mémos donnant des justifications légales à la pratique du « waterboarding » (la noyade), entre autre, après la détention de cinq de ses ressortissants à Guantanamo. 

La pression pour ce que certains appellent déjà une « Commission sur la vérité de l’époque Bush« , un nom qui évoque les commissions de réconciliations après l’apartheid en Afrique du Sud, est très forte dans l’opinion publique. Selon un récent sondage USA Today/Gallup, plus de 62% des Américains souhaitent que toute la lumière soit faite sur la torture, les écoutes illégales et toutes les autres pratiques considérées par nombre d’éminents juristes comme des viols de la Constitution.  Patrick Leahy, qui préside la commission sur les questions de justice au Sénat, a fait savoir qu’il allait demander le vote d’une résolution sur le projet d’enquête ce mercredi. 

Le président Obama est embarrassé par cette affaire. D’un côté, il a fait de l’ouverture du gouvernement aux citoyens et de sa transparence un des axes fondamentaux de sa campagne et de sa présidence. Il a également demandé la fin de toutes les pratiques illégales initiés par son prédécesseur et la fermeture de Guantanamo. Mais en même temps, il a dit être « plus intéressé de regarder devant nous que derrière, » tout en ajoutant que personne n’était au dessus des lois. La torture entre, selon la Convention de Genève, dans la catégorie des « crimes contre l’humanité ».  

Pour contraindre Barack Obama à résister à la désignation d’un Special prosecutor ou bien d’une commission d’enquête, bien que, selon la Constitution, ce pouvoir appartienne au législatif, les Républicains se sont lancés dans une sorte de chantage. Ils ont fait savoir qu’ils refuseraient de voter pour la confirmation des membres importants du cabinet Obama qui attendent encore un vote sur leur sort. La balle est désormais dans le camp de Barack Obama.

En Direct !

Pour suivre la rencontre de Barack Obama avec les étudiants turcs, cliquer ICI.

Photo du Jour

turkey_townhall1

Barack Obama devant le Parlement turc, lundi 6 avril.

L’Argent des Hommes du Président

Il est souvent arrivé que les hommes (et les femmes) doivent renoncer à un poste au gouvernement américain ou bien dans l’administration parce que les salaires ne leurs permettaient pas de financer les études de leurs enfants. L’administration Obama n’aura pas ce souci.  Selon les documents rendus publics par la Maison Blanche, un certain nombre de conseillers et d’importants membres du cabinet sont en effet millionnaires en dollars. 

En dehors de David Axelrod, qui a vendu son cabinet de conseil en politique pour $2 millions et qui liste des avoirs d’un montant de $7 millions à $10 millions, qui a largement contribué à la victoire de Barack Obama, la liste est impressionnante. Larry Summers, le principal conseiller économique du président, a ainsi gagné pas moins de $5 millions de D.E. Shaw, l’un des principaux hedge funds au monde, et $2,7 millions en honoraires pour diverses conférences. Problème, au moins d’image pour le président: au moment où il cherche à modifier la législation sur les fonds spéculatifs, sont principal conseiller en a été le salarié. Et les conférences n’ont pas été non plus anodines. Parmi les sociétés qui ont payé pour écouter Lawrence Summers: Goldman Sachs ($135.000), Citigroup ($45.000), Lehman Brothers ($67.500), J.P. Morgan ($67.500), l’association des banques mexicaines ($90.000). 

Michael Frohman, conseiller pour la sécurité nationale adjoint, a reçu $7,4 millions de Citigroup, entre janvier 2008 et le moment où il a rejoint la Maison Blanche. Problème: cette somme incluait un bonus de $2,25 millions, qui lui ont été payé en janvier 2009, alors que Citigroup fait partie des banques qui ont été sauvées de la faillite par le gouvernement. Après la polémique sur les bonus payés aux dirigeants de l’assureur A.I.G., ce bonus fait mauvais effet. Michael Frohman a promis de donner son bonus à une oeuvre de charité sur le cancer, maladie qui a emporté son fils l’année dernière. 

Désirée Rodgers, la chef du protocole de la Maison Blanche et proche des Obama, a gagné $2,5 millions en 2008, une partie de ce revenu provenant de ses jetons de présence en tant qu’administratrice de trois sociétés d’assurances. Thomas Donilon, également conseiller pour la sécurité nationale, a déclaré $3,9 millions en tant que partner de l’un des principaux cabinets d’avocats de Washington, O’Melveny&Myers. Parmi ses clients: Goldman Sachs et Citigroup. Alex Craig,l’avocat du président à la Maison Blanche, a gagné $1,7 million, représentant, entre autre, un président bolivien en exil, un membre du gouvernement de Panama recherché par le gouvernement américain pour le meurtre d’un soldat U.S.  Valérie Jarrett, proche du couple Obama et conseiller spécial, a déclaré $852.000 de salaire de Habitat Executive Services, plus $350.000 en honoraires d’administrateur de sociétés telle que la Federal Reserve Bank of Chicago. Robert Gibbs, le porte-parole de la Maison Blanche a déclaré $156.000, salaire de son travail pendant la campagne présidentielle d’Obama, et deux biens qu’il loue,  d’une valeur d’environ $1 million. 

La loi américaine oblige toute personne acceptant un poste dans l’administration américaine de révéler, sous 60 jours, l’intégralité de son patrimoine et de ses investissements. La règle s’applique à son conjoint ainsi qu’à ses enfants encore sous son toit. La Maison Blanche est largement exempte de cette loi.