Washington Confidential 3

Les bras « nus » de Joe Biden06biden-pitch480

Pendant la tournée européenne des Obama, Joe Biden, s’est lâché. Nouvelle victime du syndrome « bras nus » de Michelle O. ? Samedi 4 avril, lors du match d’ouverture de la saison de base ball: Orioles de Baltimore contre Yankees de New York, il a réussi son pitch et montré ses avant-bras. Vivement le match retour qu’on aperçoive  ses épaules…

A la M.B., même les petits légumes sont des stars

Le 18 et le 19 avril, si vous ne savez pas quoi faire, levez vous tôt et courez prendre un ticket pour visiter gratuitement les jardins de la Maison Blanche. Mais n’oubliez pas vos jumelles. Le nouveau potager creusé avec l’aide de Michelle O. sera visible du trajet général. On ne le visitera pas: il faut laisser les 55 variétés de légumes, herbes et fruits retrouver le calme perdu depuis que la First a fait exploser le gazon de la Pelouse Sud pour installer son garde manger!

« Ne me faites pas honte devant tout le pays ! »

En ces termes,sur la chaîne de sport ESPN, Barack Obama avait prié les Tar Heels(Talons de goudron)de Caroline du Nord, finalistes du championnat universitaire de basket, de remporter la victoire contre les Spartans du Michigan. Et de faire mieux qu’en 2008 où ils l’avaient laissée échapper alors qu’ils étaient déjà ses favoris. Le Prez a visionné la cassette sur Air Force One en rentrant à Washington.

Tyler Hansbrough Tar Heels North Carolina ovationné le 6 avril

Tyler Hansbrough Tar Heels North Carolina ovationné le 6 avril

 

Pas de pitié pour Larry

 A Washington, où son retour à la M.B. est très mal vécu, la presse ne manque pas une occasion d’enfoncer Larry Summers, ancien Secrétaire d’Etat au Trésor de Bill Clinton et aujourd’hui Conseiller Spécial d’Obama pour les finances. Elle émaille ses éditions de sarcasmes chiffrés qui font mauvais genre au moment où le Prez parle moralité aux banquiers. Ainsi, pour entrer dans le  Hedge Fund  D.E Shaw ( qui gère $ 30 milliards), il avait dû passer les tests de maths comme un candidat lambda. Pour un ancien Président de Harvard,ancien Secrétaire d’Etat,c’est limite humiliant! Mais le revenu à la clé valait, pour Larry, l’examen: il a touché plus de $ 5millions.

 

Bob Dylan sur Barack 

On savait que Bob Dylan était un artiste de génie. Il en donne une démonstration dans le London Times. Dylan parle de Barack Obama comme peu de gens avant lui.  Il évoque d’abord son père, « Bantou, Maisai, héritage griot, issu d’une ethnie de voleurs de bétail, tueurs de lion. Il est si incongru que ces deux êtres (Note: la mère de Barack, qui se levait à 4 heures du matin pour enseigner au jeune garçon avant qu’il ne parte à l’école, lorsqu’ils habitaient l’Indonésie) se rencontrent et tombent amoureux. » Mais ensuite, Dylan parle de l’autobiographie d’Obama, Dreams of My Father. « Son style d’écriture vous frappe à plusieurs niveaux. Il vous fait penser et ressentir en même temps, ce qui est rare. Il dit des choses profondément provocantes. Dans un musée, il regarde dans un bocal une tête qui a été réduite et il se demande si les gens autour de lui se demandent s’ils regardent quelqu’un qui est peut-être leur ancêtre (…). En lisant ce livre, vous comprenez que (Barack) aurait pu faire ce qu’il voulait de sa vie. Vous comprenez que c’est la politique qui est venue à lui. Elle était là pour être conquise. » 


Le premier appel de la journée 

A 6 heures, chaque matin depuis 17 ans, la journée commence par une conversation au téléphone entre quatre des hommes les plus influents et les mieux connectés de la politique américaine. James Carville, consultant politique et ex-stratège de la campagne victorieuse de Bill Clinton, appelle Rahm Emanuel, le secrétaire général de la Maison Blanche. Emanuel appelle ensuite George Stephanopoulos, Chief Washington correspondent pour la chaîne ABC. Un peu plus tard _ il est moins matinal _ Paul Begala, lui aussi consultant politique et spécialiste des sondage, collaborateur de CNN, se joint à la conversation. Depuis 17 ans que dure ce rituel, il n’a jamais été interrompu.  Les quatre hommes parlent de tout. « Il n’y a peut-être que le sujet des pompes funèbres que nous n’avons pas abordé, » a confié récemment un de ces hommes. 

La guerre des fried chickens 

Va-t-on se battre pour Obama ? Deux restaurants new yorkais de poulet au barbecue, l’un à Harlem, l’autre à Brooklyn, se disputent le droit d’utiliser le nom du nouveau président. Comme d’autres, qui essaient de capitaliser sur la popularité de Barack Obama, les deux Obama Fried Chickens  revendiquent l’antériorité de l’idée. Les habitants deux quartiers n’ont pas du tout apprécié le changement de nom, estimant que c’était un manque de respect envers le président. Le quartier compte déjà un Obama Beauty Supply, boutique de produits de beauté, et une bière préparée à Brooklyn, baptisée Hop Obama. Aux dernières nouvelles, le propriétaire du fast food d’Harlem l’a rebaptisé Bam Fried Chicken. Celui de Brooklyn refuse de changer de nom. 

Les vacances de Monsieur Obama 

Même s’il n’est entré en fonction qu’il y a quelques mois, le nouveau président pense déjà aux vacances avec sa famille. La rumeur affirme que les Obama passeront leur été à Oak Bluffs, sur l’île de Martha’s Vineyard, un endroit idéal pour sa beauté, mais aussi pour la densité de gens de pouvoir au mètre carré (justement là où Nicolas Sarkozy aurait dû aller, l’été dernier, plutôt que dans le New Hampshire, un désert absolu). A suivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s