La Fièvre du Dimanche matin

Après la « victoire d’étape » de la Présidentielle, Barack Obama sait bien que la guerre politique se gagne maintenant autant sur les media que sur le terrain. Chaque jour, le Bureau Ovale, transformé en laboratoire Media, teste d’anciens ou de nouveaux canaux d’expression pour atteindre des cibles globales ou pointues. Et les spécialistes media de Washington, suivent les résultats de ces cogitations et expériences avec d’autant plus d’intérêt qu’ils en sont à la fois les cobayes et les laborantins avérés…

Inutile de dire que ça a commencé par faire ricaner Washington. Un Président qui privilégie You Tube et l’internet marginal, c’est nouveau, sympa et tendance. Mais la Capitale pense en millions d’Américains et pas tellement à la marge. Et puis, on a appris que le Prez s’intéressait aux émissions politiques du week end, ces chevaux (devenus) de retour de  la fin du mandat de George W.Bush.Mais dont l’existence pour certaines datent du lendemain de la seconde guerre mondiale et ont modulé la vie politique américaine depuis plus de 3O ans. On a même laissé entendre qu’il voulait les revitaliser pour communiquer sur sa politique.

Et le week end dernier,  il n’y avait presque pas assez de réseaux nationaux pour abriter tous les grands du « circuit ». Obama sur CBS dans « Face the Nation »; Geithner , à la fois sur NBC « Meet the Press » et ABC « This Week »; Robert Gates, sur « Fox News Sunday »… Encombrement? Suroccupation? Clairement une façon de tentaculer les shows du week end et de les investir pour expliquer, encore expliquer jusqu’à la nausée.

Cette frénésie de présence a une explication simple: le vote du budget. Barack Obama a besoin de votes républicains et donc de convaincre leurs électeurs et le grand public du bien fondé de ce budget. Les « shows » du dimanche permettent d’atteindre cette cible. Tout en continuant d’utiliser la com’ internet et de proximité qui a beaucoup participé au succès de sa candidature à la Présidentielle.

Cette stratégie boulimique vers les émissions du dimanche pose des questions évidentes sur les relations de l’équipe en place et des grands réseaux. Quel rôle occupe chacun? Qui décide quoi? Jusqu’où les poids lourds de la Maison Blanche pèsent-ils sur les producteurs animateurs de ces shows pour faire passer leurs objectifs de communication. Et quand George Stephanopoulos, ancien responsable de la communication de Bill Clinton est le Présentateur de « This Week » sur ABC, le mélange des genres frôle le délit d’initiés!

 Sachant que la Maison Blanche veut tout dire en même temps, avec le même poids, la même semaine (Budget, A.I.G.,Afghanistan, OTAN…) sans faire de vague et que l’intérêt des shows est de provoquer un scoop venu peut-être d’un dérapage, on apprécie la difficulté de l’exercice.La bonne formule est à trouver.

Combien de temps la frénésie des émissions du week end durera-t-elle? Aussi longtemps que le téléspectateur tiendra. On l’oublie un peu. Et il faut quand même être assez accroché pour regarder régulièrement Tim Geithner susurrer des info sur les finances du pays le dimanche alors que tant d’émissions fun de variétés vous tendent les bras! Le Labo media de la Maison Blanche n’a pas fini d’en faire l’expérience.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s