Joe Biden quitte le banc de touche

220px-joe_biden2c_official_photo_portrait_22Le samedi 21 mars, c’est Joe Biden, vice-président des Etats-Unis, qui sera « l’invité d’honneur » du fameux Gridiron Dinner. « Invité » c’est beaucoup dire tant sa présence dissimule mal la perte de face des organisateurs de ce Dîner qui a toujours reçu le Président l’année de son élection. Et qui s’est vu pour la première fois refuser la présence de Barack Obama qui préfère dîner ce soir là  avec ses filles à Camp David. On a appris depuis qu’il participe au Tonight Show de NBC, ce jeudi 19 mars, et là aussi c’est une petite révolution, car jamais un président n’est allé dans ce type d’émission une fois élu. 

 Et ce club du Gridiron, fondé en 1885,  est un monument de snobisme. Il compte 65 membres tous représentants cooptés des journaux et media les plus célèbres des USA. Tout le monde vient « black tie ». Ce dîner est « off the record », mais à peine recomptées les petites cuillères, tout Washington répète ce qui s’y est dit et pouffe des impertinences, rires, rigolades et sujets abordés. Et maintenant, avec le téléphone portable, les images se retrouvent sur YouTube en moins de temps qu’il n’en faut à l’indice Dow Jones pour perdre 300 points. Cela peut aller très loin dans le caustique et la dureté. Mais on est entre soi. Enfin presque. Pamela Anderson, la plantureuse actrice qui a fait carrière en suivant ses seins, comme elle le dit elle-même,  est arrivée un jour au bras d’un invité. Schocking? non, branchouille à la manière de la capitale fédérale qui s’ennuie parfois ferme.

Joe Biden est vraiment sympa de se déplacer. Son job  de vice-président,  c’est  « remplaçant » dans trois cas de figure: 1- la destitution 2- la mort du Président. Et 3-utiliser sa voix au Congrès pour départager  en cas d’égalité absolue des votes. C’est pas sur sa fiche de poste de la Constitution d’aller au Gridiron Dinner à la place de… et les organisateurs feraient bien de le traiter comme quelqu’un qui leur rend un immense service  plutôt que de tordre le nez sur sa venue.

A 65 ans, cet « Irlandais »  venu d’un milieu modeste est un poids lourd original de Washington. Mais pas un fan des soirées de la capitale: avant le 20 janvier, il rentrait tous les soirs en train à Willington (90 mns de trajet) pour retrouver Jill sa femme qu’il a épousée en 1975 après la mort de sa première femme dans un accident. Sénateur du Delaware depuis 1972 il a été  candidat aux primaires du parti démocrate en 2008, poussé par sa  femme, elle même  universitaire surdiplômée qui « lui donne des complexes(! ) ». Il  a dû renoncer, mais il n’a pris parti pour aucun des deux finalistes. Il a des amis républicains: Jonh McCain depuis 35 ans. Les Républicains le traite de  « gaffeur » impénitent et pendant la campagne il a fait une déclaration sur « une possible crise  internationale fabriquée » si Obama était élu, qui a fait les choux gras de Mc Cain et de ses amis. Et sûrement inquiété les caciques démocrates  sur le numéro deux de leur ticket. Mais il avait  fait le bon choix quand il avait  décidé d’être un membre de la Commission des Affaires Etrangères où sur les gros dossiers (Irak, Bosnie) il a eu des positions plutôt libérales et surtout évolutives. Il a été dans les premiers politiques à demander la fermeture de Guantanamo. Cette connaissance de l’international  a sûrement été déterminante dans sa désignation comme colistier du ticket 2008. Cela fait vraiment beaucoup de choses à évoquer au Gridiron Dinner et pas forcément dans des tornades de rire. C’est vraiment aux gaffes qu’il  lui faudra faire attention. 

 

Et Encore 

Le « roast » (littéralement « rôti ») est une tradition typiquement anglo saxonne. Au cours d’une soirée organise par un club, une association de presse, une fondation charitable, un invité de marque est la cible d’humoristes qui peuvent être féroces, mais la règle du jeu veut que tous les piques soient permises et que le « roastee », celui qui est donc passé à la broche des humoristes, l’accepte de bon coeur. D’ailleurs, le plus souvent, la victime, dans sa réponse, est censée se moquer d’elle-même, en même temps qu’elle renvoie la balle à ceux qui l’ont « rôti ».  La soirée du Gridiron est l’un des roasts les plus célèbres, tout comme le Friars Club, à New York. Mais chaque année, le Alfred E. Smith Memorial Dinner, donne l’occasion de numéros d’humour souvent étonnant. En 2008, par exemple, John McCain et Barack Obama ont été les invités et leurs humour restera dans le best of de cette soirée charitable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s