David Axelrod, La Boussole d’Obama

David Axelrod n’arrive qu’en 4è position dans l’organigramme de la Maison Blanche, mais personne n’exerce une influence aussi importante, et pas seulement à cause de sa proximité géographie du Bureau Oval.  Pas un discours, pas un déplacement, pas une remarque, pas une présentation du président ou de son administration ne se fait sans l’aval de ce Chicagoan.  Après avoir mené toute la stratégie de la campagne de Barack Obama, Axelrod est non seulement le conseiller politique le plus écouté, mais celui qui évite au Président d’être déconnecté du pouls du pays. « Puis-je parler au nom des Américains ? » lance souvent Axelrod lorsque, pendant les réunions des conseillers, il a le sentiment qu’ils réagissent non pas comme des Américains ordinaires, mais comme les habitants d’une île baptisée Washington.  225px-david_axelrod_at_cleveland_democratic_debate
La semaine du senior advisor tourne autour de la réunion du mercredi. Chez lui, à deux pas de la Maison Blanche, ou ailleurs, cette réunion est sur invitation only. A côté du responsable des discours présidentiels, Jon Favreau, ou du porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, on retrouve divers conseillers. C’est là que l’on discute de la manière la plus efficace possible de vendre la politique de 44th. 
David Axelrod est tombé dans la politique a 13 ans.  Né en 1955, le gamin de New York, a commencé sa carrière politique en distribuant des badges pour la campagne de Robert Kennedy, en 1968.  Dès la sortie de ses études à l’université de Chicago, en 1977,  il est engagé par le Chicago Tribune pour couvrir la mairie. Mais, insatisfait de la trajectoire de sa carrière professionnelle au Trib, il démissionne et fonde, en 1985 son propre cabinet de conseil politique, AKPD Message & Media. Il travaillera à de nombreuses campagnes politiques, notamment à celle de Harold Washington, le premier maire noir de Chicago.    
C’est en 1992 qu’Axelrod rencontre Barack Obama pour la première fois.  Il le compare à Robert Kennedy.  Il aidera le jeune politicien a remporter l’élection sénatoriale en 2004. En 2008, celui qui deviendra le chief strategist de la campagne présidentielle d’Obama hésite avant de se lancer: la plupart des candidats Démocrates ont été ses clients.  Finalement, il se range aux côté du futur président. « J’ai pensé que si je pouvais aider Obama à aller à Washington, j’aurais accompli quelque chose dans ma vie, » a-t-il confié au Washington Post.  
Désormais, Axelrod se consacre entièrement au président. Il arrive à la Maison Blanche à 7 heures. Sa première réunion est pour Rahm Emanuel, le secrétaire général de la Maison Blanche, un ami de 25 ans.  Ensuite, il participe à la réunion du matin sur la politique économique, mais s’éclipse au moment du briefing de la CIA et des agences de sécurité. Il assiste généralement aux réunions du Conseil National de Sécurité. Un peu plus tard, avec le président, Axelrod parcourt les discours et différentes déclarations de la journée, histoire d’être certain que l’on est bien on message
Alors que Barack Obama se réjouit régulièrement d’habiter désormais « au dessus de la boutique », Axelrod, lui, a du faire des sacrifices. Sa femme est en effet restée à Chicago et la vie du senior advisor est souvent passée dans la navette entre la capitale et Chicago, lorsqu’il  a un moment.  Pour les quatre années à venir, Axelrod est marié à Barack Obama. 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s