Première sortie d’Hillary: Chez Son Banquier

Ex First Lady, ex finaliste à la désignation démocrate, Hillary Clinton a laissé son moral  » de femme battue » au vestiaire.  Super: elle vient de mettre pour la première fois son costume de CHEF de quelquechose. Attention pas n’importe quel chef : Patron de la politique étrangère des USA, c’est à dire responsable du  reste du Monde. En gros, de la paix partout. Comment faire avec zéro dollar? On file à la banque. Donc,  première visite obligée:  chez son banquier, Hu jin tao, le responsable de l’agence « Chine » ! Cela se fait quand on a un compte en rouge de  milliards de dollars et pas un cent pour rembourser. Avec la crise, difficile de demander une rallonge. Le raisonnable se situant plutôt du côté d’un paiement différé ou d’une possible remise de dettes contre investissements chinois sur le sol américain.

Et là, pour la première fois depuis des mois, on l’a vue, jubilatoire et presque hilare, « deviser » avec ceux qui tiennent les USA entre leurs dents. Tout baigne entre les deux pays: Les Droits de l’Homme ? juste une idée ; Le Dalaï Lama c’est un gars de chez vous? Non vraiment rien à signaler. Exemplaire Hillary. Dans un torrent de révérences, sourires et affabilités diverses, le monde a découvert la Nouvelle Hillary pimpante et détendue, brushée, mèchée à l’ancienne. Bref, on a respiré tant les dernières images d’elle à l’inauguration puis sur la scène publique avaient exporté aux confins du monde sa détresse et sa difficulté à faire « mine ». Et on la comprend. Il y a un an à peine, dans ses cauchemars les plus terrifiants , Hillary Clinton n’avait pas un instant  imaginé sa présence à l’inauguration comme simple spectatrice du triomphe de son adversaire dont elle devait ne faire qu’une bouchée aux primaires.  Et pourtant, le 20 janvier il a bien fallu prendre place avec les invités assis, avoir l’air bien dans son histoire  et impressionner l’image numérique des télés, le coeur en berne, frigorifiée et harnachée d’un petit tailleur rose assez province, mais  censé donner un peu de tonus à sa très petite mine. Et capter les pâles rayons des télés peu mobilisées.

 Le retour de Chine à la case Amérique devrait faire retomber l’ivresse. Ses voisins de chambrée : Richard Holbrook et Dennis Ross, vieux briscards de la politique étrangère, dont on l’a flanquée sur l’Afghanistan et le Moyen Orient, sont peut-être  encore plus coriaces que les Chinois. Et ils sont à la maison.

Publicités

Une réponse à “Première sortie d’Hillary: Chez Son Banquier

  1. Marine Chereau

    Jouissive cette manière de narrer
    l’excursion de Lady Hillary à sa banque Chinoise. Ca me donne des idées pour aller voir mon banquier !
    « …sa très petite mine. » On pique ses références linguistiques dans le « Zabolu » ? J’adore.
    Marine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s