Premier mois: Obama 1, Républicains 0

A entendre les commentateurs, il n’avait pas fallu plus d’un mois pour que Barack Obama soit dans les cordes, sonné par les Républicains. Ceux-ci n’avaient fait qu’une bouchée de celui qui n’avait, après tout, servi qu’un unique mandat au Sénat. Le président avait invité son rival, John McCain, à un dîner en son honneur la veille de son inauguration. Il avait invité les animateurs de talk shows conservateurs à dîner. Il était même allé en personne au Congrès _ fait rarissime _ histoire d’expliquer son plan de sauvetage de l’économie aux élus Républicains. Peine perdue. Pas un seul vote de ses adversaires à la Chambre des Représentants. La gauche des Démocrates commençait à s’énerver. « Pourquoi Obama veut-il faire la politique de la droite? » gémissaient-ils. Dans le tohu-bohu, on n’entendait plus que les critiques de sa politique économique, comme si les Républicains avaient oublié qu’après avoir été aux commandes ces huit dernières années, ils étaient responsables de cette catastrophe économique.
Erreur des ennemis d’Obama: ne jamais le sous-estimer. L’intelligence et les qualités morales qui l’ont porté à la présidence des Etats-Unis, n’ont pas disparu, aspirées par l’air conditionné de la Maison Blanche. Le jeune président a pris ses adversaires à revers. Premier temps: Il a montré à toute l’Amérique qu’il avait fait tout ce qu’il pouvait pour changer les moeurs de Washington et mettre fin aux stériles querelles partisanes. Désormais, il a les mains libres. Il peut mettre en place ses idées sans avoir besoin de se soucier des Républicains. Deuxième temps: A peine installé dans ses meubles à la Maison Blanche, Obama est reparti sur la route vendre son plan aux Américains. Moralité: le plan de stimulus économique est passé sans problème et les Républicains, emprisonnés dans un univers parallèle qui fonctionne comme une chambre d’écho, coupés des réalités, découvrent soudain qu’ils sont nus devant tout le pays. La preuve ? les sondages donnent un taux d’opinions favorables entre 60 et 70% . Les Républicains, eux, stagnent à 30%. Premier round pour Barack Obama.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s